Mot de circonstance : Célébration de la Journée mondiale de de la radio

13 févr. 2017

Mot de circonstance de M. Anthony Ohemeng-Boamah,
Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies en République du Congo lors de la Célébration de la Journée mondiale de de la radio.


Madame la Ministre de la jeunesse et de l’Education civique,
Monsieur le Ministre de la Communication et des Médias, Porte-parole du Gouvernement,
Monsieur le Ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’Alphabétisation,
Monsieur le Président du Conseil Supérieur de la Liberté de Communication
Mesdames et Messieurs les représentants des corps diplomatiques,
Chers Collègues du Système des Nations  Unies,
Mesdames et Messieurs les Directeurs généraux et centraux,
Mesdames et Messieurs les Conseillers des départements ministériels,
Mesdames et Messieurs les représentants des organes de presse publics et privés,
Mesdames et Messieurs les représentants des organisations non-gouvernementales,
Mesdames et Messieurs les professionnels de la Communication,
Chers journalistes, chers jeunes,
Distingués invités,


C’est un réel plaisir pour moi de prendre la parole à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de la radio, commémorée par la communauté internationale, le 13 février de chaque année.

Je voudrais tout d’abord remercier toutes les autorités congolaises ici présentes, pour avoir accepté de célébrer, malgré leurs multiples occupations, cette journée avec le Système des Nations Unies. Cela illustre l’importance qu’accorde le Gouvernement Congolais à l’accès à l’information pour tous, comme élément essentiel de la cohésion sociale et du développement durable.

Mes remerciements vont également à l’endroit de tous les participants qui ont répondu présent à notre invitation.

A titre de rappel, c’est au cours de la 36e session de la Conférence générale de l’UNESCO du 25 octobre et du 10 novembre 2011 que le 13 février a été proclamé «Journée mondiale de la radio», par recommandation du Conseil Exécutif de l’UNESCO.

La célébration de cette journée vise à i). sensibiliser le grand public et les médias à la valeur de la radio; ii). encourager les décideurs à développer l’accès à l’information par le biais de la radio; et iii). renforcer la mise en réseau et la coopération internationale entre radiodiffuseurs.   

La radio est un moyen de communication à faible coût, particulièrement adapté pour toucher les communautés isolées et les personnes vulnérables, et qui donne à tous, quelque soit le niveau d’instruction, la possibilité de participer au débat public.
La radio joue aussi un rôle central dans les systèmes de communication d’urgence et l’organisation des secours après une catastrophe. A l’heure de la convergence des médias, les services radiophoniques évoluent et adoptent de nouvelles formes avec les technologies numériques.
De nos jours, le rôle de la radio à tous les niveaux n’est plus à démontrer.

Aussi, tenant compte du rôle que joue la radio en matière d’éducation, d’alphabétisation et de développement en général, le Système des Nations Unies et le Gouvernement Congolais, par le biais du Ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique, ont mis en place cette année, ce projet à Brazzaville. C’est une radio citoyenne des jeunes à caractère communautaire, qui sera gérée et animée par les jeunes pour les jeunes.

L’objectif visé à travers cette radio est celui de créer un espace d’expression des jeunes sur les sujets ayant trait à la lutte contre la radicalisation et l’extremisme violents des jeunes, aux valeurs morales et civiques, à la citoyenneté, à la lutte contre les violences et toute discrimination à l’égard de la femme, à la tolérance, à la protection de l’environnement et au développement durable, aux droits humains, à l’entreprenariat des jeunes, à l’éducation sexuelle et reproductive et au dialogue interculturel et religueux. Il s’agit aussi de combler le déficit informationnel en milieu jeunes.

Cette radio constituerait également un espace de formation professionnelle et d’expérimentation des jeunes étudiants, et de vulgarisation scientifique.

Ce projet qui est actuellement en cours d’exécution, a déjà atteint des résultats satisfaisants, notamment avec : i) la formation spécialisée et polyvalente de 15 jeunes journalistes composés des jeunes filles et garçons ; ii) l’acquisition de tout le matériel nécessaire ; iii) l’identification du site d’implantation de la radio, à l’INRAP, et enfin iv) l’octroi de la fréquence de diffusion par le Conseil Supérieur de la Liberté de Communication à qui j’adresse tous mes remerciements.

C’est ici l’occasion de remercier le Gouvernement japonais qui a fait confiance au Système des Nations Unies en finançant totalement ce projet de création d’une première radio citoyenne des jeunes en République du Congo.

Je voudrais également remercier très sincèrement tous les partenaires impliqués dans la mise en place de la Radio citoyenne des jeunes, depuis le début du projet, notamment : le Ministère de la jeunesse et de l’Education civique, le Ministère de la Communication et des Médias, le Ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’Alphabétisation, le Conseil Supérieur de la Liberté de Communication, l’Institut National de Recherche et d’Action Pédagogique, les ONG et associations des jeunes et le Réseau National des Radios Locales et Communautaires du Congo qui est le partenaire technique de mise en œuvre de ce projet.

Quant aux 15 journalistes retenus pour la radio citoyenne des jeunes, je vous exhorte de suivre avec assiduité la formation thématique qui vous sera donnée au cours de ces deux journées.

Je lance également un appel aux Organisations de jeunesse qui démontrent des compétences techniques, à participer à la mise en place et au fonctionnement de cette radio, leur radio.

Enfin, j’invite le Gouvernement congolais, les partenaires de développement et la société civile à soutenir le fonctionnement de la Radio citoyenne des jeunes, afin que cette première expérience soit un véritable succès dans l’objectif d’étendre cette initiative à l’échelle nationale.

Je vous remercie de votre bienveillante attention.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République du) 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe