Discours de l'atelier de validation de la nouvelle Politique Nationale Genre

15 nov. 2016

Madame la Ministre de la Promotion de la Femme et de l’Intégration de la Femme au Développement,

Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement

Chers participants,

Mesdames et Messieurs,

C’est avec un grand honneur que je prends la parole à cette tribune, au nom du Système des Nations Unies, sur un sujet très important pour le Congo, à savoir, la validation de la nouvelle Politique Nationale Genre qui nous réunit aujourd’hui.

En effet, la Politique Nationale Genre qui va être examinée aujourd’hui, vient, à point nommé, combler un vide que le pays a connu depuis 2013, date de clôture du plan d’action 2009-2013 de mise en œuvre de la Politique Nationale Genre.

Or, comme pour tous les autres secteurs importants pour le développement du Congo, l’efficacité des interventions dans le domaine de genre dépend largement de l’utilisation des outils de la gestion axée sur les résultats et notamment de la planification stratégique.

Le paradigme de ‘’genre et développement’’, qui met en exergue l’autonomisation de la femme, l’accès accru des femmes aux sphères de prise de décisions et autres mesures d’élimination des violences faites aux femmes et aux filles ainsi que la discrimination appelle une action bien coordonnée émanant d’une politique stratégique claire.   

Fort de ces considérations, le Système des Nations Unies a donc répondu avec engouement à l’appel du Ministère de la Promotion de la Femme et de l’Intégration de la Femme au Développement, pour l’appuyer dans le double exercice d’évaluation de la politique appliquée entre 2009 et 2013 et dans l’élaboration de la nouvelle Politique Nationale qui est soumise aujourd’hui à la validation des parties prenantes. De celle-ci est assortie un plan d’action de mise en œuvre qui couvre les cinq prochaines années c’est-à-dire la période de 2017 à 2021.

Madame la Ministre,

Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement

Chers participants,

Mesdames, Messieurs,

Pour un pays comme le Congo, qui s’est engagé sur la voie de son émergence d’une part et envers les Objectifs du Développement Durable à l’horizon 2030 d’autre part, il est d’un réel intérêt que l’implication de la femme dans tous les processus de la vie de développement soit bien articulée et appuyée par les politiques nationales.

L’agenda 2030, souscrit par le Congo, a défini plusieurs objectifs en faveur du genre. Je citerai notamment l’objectif 5 sur l’égalité entre les sexes et l’objectif 4 sur l’éducation de qualité pour tous.

Pour atteindre ces deux objectifs, des cibles ont été définies, auxquelles vont œuvrer les Etats. Les documents présentés ce jour les intègrent pertinemment.

Je pourrai également citer la cible qui prévoit que, d’ici 2030, il soit mis fin à toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et des filles ou celle qui engage les gouvernements à éliminer de la vie publique et de la vie privée toutes les formes de violence faite aux femmes et aux filles, y compris la traite et l’exploitation sexuelle et d’autres types d’exploitation. Il s’agit là d’engagements très ambitieux pour les Parties prenantes. Leurs atteintes rendront très qualitatif le processus de développement du Congo.

Madame la Ministre, Mesdames, Messieurs

Comme vous le savez, cette année la journée internationale de la femme a eu pour thème ‘’la parité en 2030 : avancer plus vite l’égalité des sexes’’.

Dans son rapport 2016 sur le développement humain en Afrique, le PNUD a relevé que la discrimination économique et sociale contre les femmes coûte au continent plus de 100 milliards de dollars par an et indique aux Etats que combler les écarts entre les sexes serait une aubaine pour les perspectives économiques et sociales du continent.

Conscient de l’ampleur de la situation, le Secrétaire général de Nations Unies, M. Ban Ki-Moon, dans son message à l’occasion de cette journée a invité les gouvernements du monde en ces termes, je cite : « Consacrons-y des fonds suffisants, sensibilisons courageusement l’opinion et manifestons une volonté inébranlable, pour parvenir à une plus grande égalité des sexes dans le monde ; c’est le plus grand investissement qui soit, dans notre avenir partagé. », fin de citation.

Au sein du Système des Nations Unies, de nombreuses initiatives sont en train d’être prises en faveur de l’égalité entre les sexes, des droits des femmes et de tout ce qui permet de favoriser leur autonomie. Nous citons par exemple l’initiative d’ONU Femmes « Pour un monde 50-50 en 2030 » qui comporte plusieurs mesures préconisées.

Sur cette lancée les agences du Système des Nations Unies au Congo se sont impliquées pour apporter leurs contributions à la formulation de ce document qui va être examiné par les participants à l’atelier, afin d’aider le Gouvernement à disposer d’un outil de travail nécessaire. Grâce à celui-ci, un partenariat plus structuré basé sur des interventions mieux ciblées, pourra être mis en place entre le Ministère et ses partenaires.

Pour terminer,

Madame la Ministre,

Mesdames, Messieurs

 

Je voudrais, au nom de tous les chefs d’agences du Système des Nations Unies, remercier Madame la ministre qui a bien voulu nous associer à ce travail combien exaltant, au service de la cause de la gent féminine au Congo et partant, au service de la cause pour l’atteinte des Objectifs du développement durable.

 

Ceci témoigne de la confiance que le gouvernement continue de placer dans le Système des Nations Unies et l’ensemble agences ici, n’épargneront aucun effort pour en mériter.

Je vous remercie.

UNDP-CG-groupe-genre-2016

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République du) 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe