Discours : Atelier régional de formation sur l’environnement, communauté, sante, et sécurité dans le secteur des minéraux de développement en Afrique Centrale

20 sept. 2016

Allocution de M. Mohamed Abchir, Représentant Résident Adjoint

Brazzaville, le 20 septembre 2016

Excellence Monsieur Pierre Oba, Ministre des Mines et de la Géologie
Mr Frank Dixon Mugyenyi ; Représentant de l’Union Africaine
Son Excellence M. Tabu Abdallah Manirakiza; Secrétaire Général adjoint de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC)
Son Excellence Saskia De Lang ; Chef de la Délégation de l'Union Européenne en République du Congo
Messieurs les Directeurs Généraux et Centraux
Monsieur le Directeur des Etudes et de la Planification
Messieurs les conseillers de son Excellence Monsieur le Ministre
Chers participants
Mesdames, messieurs,
Mes chers collègues,

Permettez-moi, avant tout propos, de vous remercier très sincèrement d’avoir consacré de votre précieux temps en prenant part à cette importante activité liée au secteur minier, plus particulièrement à son volet artisanal.
Il sied d’emblée de noter que l’organisation de cet atelier régional à Brazzaville n’est pas un fait du simple hasard, non seulement, le pays est reconnu pour sa légende de pays d’accueil, il a également déjà entrepris un travail éloquent dans le cadre de cette thématique.

Voici 6 ans, plus précisément depuis novembre 2010, qu’à travers la signature d’un accord de partenariat entre le ministère des mines et de la géologie et le PNUD que nous avons la volonté personnelle de monsieur le ministre, entrepris ce travail, qui au départ a paru comme une aventure sans issue. C’est l’occasion que jamais de présenter nos hommages tout à fait mérités à son excellence monsieur le ministre des mines et de la géologie.

Comme vous ne pouvez-vous en douter, le secteur minier dans sa globalité de nos jours, prend de plus en plus un essor considérable au niveau du continent africain dans le dispositif du développement durable. A titre d’illustration, il représenterait 8% du PIB pour les activités d’exploitation, et près de 19% du PIB en associant toutes les activités additionnelles/connexes. Le domaine représente 50% des exportations des marchandises du Continent africain, qui concentre 30% des réserves mondiales de matières premières minières. Vous comprenez donc pour quoi les Nations Unies accordent une attention particulière à ce secteur qui représente un levier incontestable pour la diversification des économies africaines et l’amélioration des conditions de vie des populations.  

Excellence Monsieur le Ministre des mines et de la Géologie
Mesdames et messieurs
 
En République du Congo, des grands efforts ont été consentis au cours des dernières années dans le domaine, notamment :
Les réformes entreprises très récemment avec la révision du Code minier promulgué en 2005 et qui impacte de façon singulière le secteur de l’artisanat minier. Cette Loi vient donc combler les faiblesses jadis relevées en matière juridique dans ce secteur.  
Explicitement, cette Loi définit l’artisanat minier comme étant l’ensemble des activités d’extraction et de production dans les secteurs d’or, de diamants bruts, de matériaux de construction et de substances fines dont le produit commercialisé permet aux artisans de subvenir à leurs besoins afin de renforcer leur lutte contre la pauvreté.
Sur la base des orientations stratégiques définies par le Plan National de Développement (PND en sigle) préconisent le développement industriel sur la base de l’exploitation minière, le pays s’est résolument engagé avec l’appui de notre bureau dans  l’organisation du sous-secteur de l’artisanat minier et des filières des substances minérales précieuses, traduite par les objectifs sectoriels qui consistent à (i) organiser la filière diamant, (ii) organiser la filière or et (iii) à développer l’activité de production de carrières.

Cependant, il serait illusoire de penser que ce travail s’est fait sans heurte.  Certaines faiblesses ont été constatées, notamment : i) dans l’organisation du secteur ; ii) des capacités en ressources humaines chargées de son développement ; iii) à l’insuffisance des ressources financières allouées au secteur ; iv) et des aptitudes techniques et organisationnelles des principaux bénéficiaires qui exercent encore avec des moyens rudimentaires.
Les structures d’appui aux PME et de l’artisanat existants sur lesquels le secteur de l’artisanat minier trouve son socle professionnel ont quand eux, besoin d’être dynamisées et nanties des capacités nécessaires à la mise en œuvre de leurs missions essentielles : encadrement des artisans, promotion de leurs activités, appui financier, etc.

Dans ce contexte, le secteur n’est pas encore pleinement en mesure de contribuer efficacement à la croissance de la valeur ajoutée et de répondre aux objectifs de développement durable de manière efficiente, d’où la justification de ce travail d’envergure nationale entrepris par Son Excellence, Monsieur le Ministre des Mines et de la géologie avec l’appui du Système des Nations Unies, particulièrement du PNUD.

Excellence Monsieur le Ministre des mines et de la Géologie
Mesdames et messieurs

Au cours de ces 6 années passées sur ce travail, on peut le mentionner avec fierté, qu’un grand pas a été franchi. Il s’agit, outre le recensement des artisans et des enquêtes socioéconomiques effectués à travers le territoire national, de produire en cinq volumes, les rapports sur :
•    Le diagnostic du secteur ;
•    La Stratégie du Sous-secteur de l’orpaillage et du diaminage ;
•    La Stratégie du Sous-secteur des géomatériaux
•    Le Plan d’Action Nationale de développement du secteur qui prend en compte les questions de durabilité environnementale
•    Le Cadre institutionnel et schéma organisationnel de mise en œuvre

Ces documents qui vont désormais consacrer le cadre référentiel de développement du secteur de l’Artisanat minier, sont en cours de déclinaison sur le plan opérationnel par un appui direct aux bénéficiaires à travers la mise en place des organes et mécanismes identifiés pour une meilleure structuration des artisans en coopérative de production à travers la mutualisation des moyens de production. Cela aura l’avantage de prouver à qui conque souhaiterait entreprendre dans le domaine au Congo, qui le pays a à cœur de gérer de façon transparente et durable son large potentiel de ressources naturelles pour le bien-être de ses populations.


C’est pourquoi, pour terminer mon propos,


Je voudrais présenter mes chaleureuses félicitations au Gouvernement de la République du Congo et particulièrement à son Excellence Monsieur Pierre Oba, ministre des mines et de la Géologie pour tout le travail stratégique que vous accomplissez brillamment au sein de l’équipe gouvernementale.


Nous soutenons votre volonté de placer sur orbite le secteur minier afin de lui donner la place qui lui revient dans la politique de diversification de l’économique nationale. Nos équipes vous expriment leur entière disponibilité dans l’appui nécessaire à l’atteinte de cette performance.

Je tiens également à remercier de façon particulière, ce partenariat très prolifique entre les différents partenaires de la République du Congo dans ce domaine, partenariat qui a permis la tenue de cet atelier, j’ose crois bien d’autres actions pourront se poursuivre.
Pour terminer, encore une fois, je vous prie de transmettre au Gouvernement de la République et à son Président, l’expression de notre gratitude.


Je vous remercie de votre aimable attention.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République du) 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe