Atelier de validation des guides d’information sur les droits des personnes infectées et affectées par le VIH et le Sida et de vulgarisation de la loi sur le VIH et Sida

18 juin 2013

Monsieur le Directeur de Cabinet représentant le Ministre d’Etat, Garde des sceaux, Ministre de la Justice et des Droits Humains,
Madame la Secrétaire Exécutive du Secrétariat Exécutif Permanent du Conseil National de Lutte contre le Sida,Chers collègues du Système des Nations Unies,
 Distingués invités, Mesdames et Messieurs,


Je me réjouis d’être au milieu de vous ce matin, à l’occasion de cet atelier qui marque un pas décisif dans la mise à disponibilité des outils d’information et de sensibilisation sur les droits des personnes infectées et affectées par le VIH et le SIDA en République du Congo.

Aussi, permettez-moi avant tout propos, de présenter nos très chaleureuses félicitations au Ministère de la Justice et des droits humains et au SEP/CNLS pour l’organisation de cette réunion qui traduit très bien les avancées qui se font chaque jour pour une meilleure prise en compte des droits humains au Congo en général, et particulièrement pour ceux des personnes vivant avec le VIH et le SIDA.


C’est également, pour moi, une occasion de renouveler nos sincères remerciements à l’endroit du SEP/CNLS qui, en dépit de toutes ces années passées, a gardé sa confiance en nous, en faisant du PNUD un partenaire privilégié pour la tenue de cet atelier.


Monsieur le Directeur de Cabinet,
Madame la Secrétaire Exécutive,
Mesdames et Messieurs,


Voir ce travail aboutir est pour nous une source de satisfaction intense car comme vous le savez, cette initiative a débuté en 2004 mais n’avait pu se concrétiser faute d’adoption de la loi sur le VIH et SIDA, portant protection des droits des personnes infectées et affectées par le VIH et le SIDA.


L’adoption de la loi sur le VIH et SIDA en 2010 permet certes d’améliorer l’environnement juridique et de rassurer les populations sur la lutte menée contre le virus du sida. Cependant, d’autres actions doivent se poursuivre pour assurer la santé et la dignité des personnes infectées et affectées par le VIH et le SIDA. Au titre de ces actions, je voudrais ici faire mention des recommandations pour assurer une réponse efficace et durable à la lutte contre le VIH, de la Commission mondiale sur le VIH et le droit, faites dans son rapport 2012 intitulé « Risque, Droit et santé ».


Dans ce rapport, Monsieur le Directeur de Cabinet, Madame la Secrétaire Exécutive, la Commission mondiale sur le VIH et le droit nous exhorte, entre autres, à appuyer les Etats pour lutter contre la discrimination et la pénalisation de la transmission du VIH, à abroger toutes les mesures répressives à l’endroit des populations clés telles que les consommateurs de drogues, les travailleurs du sexe, les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, les transgenres (transsexuels) et les prisonniers afin de ne point freiner la prévention du VIH et SIDA.


Ces recommandations nous invitent encore à soutenir les actions de protection contre le VIH en faveur des migrants, des femmes, des enfants et des jeunes tout en ayant un regard sur le droit de propriété intellectuelle et sur les accords commerciaux qui entravent l’accès aux traitements.    


Distinguées invités, Mesdames et Messieurs,


Vous constaterez par vous-même que le champ d’action reste vaste et nécessite les efforts conjugués de toutes les parties prenantes pour asseoir un environnement sain et sécurisant. L’étape marquée ce jour n’est qu’un début dans le processus de la mise en application de la loi sur le VIH et le SIDA.

Elle constitue la mise à disponibilité de l’information pour la sensibilisation et la formation des différents acteurs de lutte contre le VIH et des populations. Avant de clore mon propos, j’aimerais vous assurer ici, que le PNUD est entièrement disponible et s’engage à soutenir tous les efforts que vous allez entreprendre et poursuivre dans ce sens.


Je vous adresse une fois de plus nos très chaleureuses félicitations pour toutes ces initiatives en faveur du bien–être des populations congolaises.

Je vous remercie pour votre aimable attention.