Promotion de la loi portant lutte contre le VIH/SIDA et protection des droits des personnes vivant avec le VIH

19 juin 2013

Le Ministère de la Justice et des Droits Humains et le Bureau du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) au Congo, en partenariat avec le Secrétariat Exécutif Permanent du Conseil National de Lutte contre le Sida (SEP/CNLS), organisent, du 18 au 19 juin à Brazzaville un atelier portant sur la validation des guides d’information et de vulgarisation des droits des personnes vivant avec le VIH (PVVIH).

Avec près de 50 participants attendus, cet atelier a pour objectif de promouvoir les droits des PVVIH à travers la validation, selon un processus consultatif et participatif, des documents y relatifs.

Cet atelier de validation qui a pour, entre autres, objectifs spécifiques : (i) favoriser une appropriation des documents; (ii) recueillir de nouvelles suggestions en vue d’enrichir les guides ; (iii) obtenir à travers la validation un consensus autour des guides en vue de leur intégration dans les documents définitifs, arrive donc à point nommé. Ces deux guides devront permettre une meilleure appropriation de la loi n°30-2011 du 3 juin 2011 par l’ensemble de la population congolaise.

Dans de nombreux pays au monde, les personnes vivant avec le VIH sont victimes quotidiennement de discrimination et de stigmatisation par leur propre entourage. Le Gouvernement congolais, à travers la promulgation de la loi  n°30-2011 du 3 juin 2011, portant lutte contre le VIH et le sida et protection des droits des personnes vivant avec le VIH et le Sida, a exprimé son engagement à renforcer le dispositif de prise en charge globale du VIH/Sida au profit des personnes infectées et affectées et, notamment celui relatif à la prise en charge juridique et judiciaire de celles-ci.

En 2007, le Ministère de la Justice et des Droits Humains, avait élaboré avec l’appui du PNUD et du SEP/CNLS, un guide d’information sur les droits et les devoirs des PVVIH, et un guide des services juridiques  au profit des PVVIH avec  l’appui de la Banque Mondiale.