Accélérer les progrès en faveur de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femmes en Afrique

6 mars 2017

Projet d'automation des jeunes femmes par l'entreprenariat

Le Ministère de la Promotion de la Femme et de l’Intégration de la Femme au Développement et le PNUD organisent le lancement national du Rapport sur le développement humain en Afrique 2016 qui a pour thème  « Accélérer les progrès en faveur de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femmes en Afrique » dans le cadre des activités organisées autour de la célébration de la journée de la femme.

L’Afrique doit encore faire des efforts pour rattraper son retard en matière d’égalité des genres et d’autonomisation des femmes. C’est le constat qui ressort du rapport sur le développement humain en Afrique 2016. Les disparités entre les genres coûtent quelque 95 milliards de dollars US par an en moyenne (sur la période 2010-2014) à l’Afrique subsaharienne et ont atteint 105 milliards de dollars de pertes en 2014 (soit 6 % du PIB régional), compromettant de ce fait les efforts du continent en faveur d’un développement humain et d’une croissance économique inclusifs.

Le rapport du PNUD analyse les facteurs politiques, économiques et sociaux qui entravent la promotion de la femme en Afrique et propose des politiques et des mesures concrètes pour combler l’écart entre les genres.

Des inégalités persistantes entre les genres
Il ressort du rapport que des obstacles structurels profondément enracinés tels que la répartition inégale des ressources, du pouvoir et des richesses, associés à des institutions et des normes sociales qui perpétuent les inégalités, freinent les Africaines, et le reste du continent avec elles. D’après le rapport, une augmentation de 1 % de l’indice d’inégalité de genre contribuerait à réduire l’indice de développement humain (IDH) d’un pays de 0,75 %.
Si le continent comble rapidement l’écart entre les genres en matière de scolarisation dans l’enseignement primaire, les Africaines affichent un niveau de développement humain équivalant à 87 % seulement de celui des Africains, qui s’explique par trois raisons principales : un taux de scolarisation moins important dans l’enseignement secondaire, une moindre insertion dans la population active et un niveau de mortalité maternelle élevé.

Même si 61 % des Africaines travaillent, note le rapport, elles n’en sont pas moins victimes d’exclusion économique, car le travail qu’elles effectuent est sous-payé, sous-rémunéré, et dépend le plus souvent du secteur informel.
Les femmes en Afrique occupent 66 % des emplois dans le secteur informel non agricole et ne gagnent que 70 cents pour chaque dollar gagné par un homme. Les entreprises africaines dirigées par des femmes sont tout aussi productives que celles dirigées par des hommes. Pourtant, elles restent minoritaires, avec un pourcentage oscillant encore entre 7 % et 30 %.

Les normes sociales sont un obstacle évident aux progrès des Africaines, limitant le temps qu’elles peuvent consacrer à leur éducation et à un travail rémunéré, et les empêchant d’accéder à des ressources économiques et financières. Par exemple, dans 71 % des cas, ce sont les femmes qui vont chercher de l’eau, une tâche à laquelle elles consacrent, collectivement, 40 milliards d’heures par an. Et elles sont moins nombreuses que leurs concitoyens hommes à détenir un compte bancaire ou à accéder au crédit.

Axes de réalisation de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femmes
La résorption des inégalités entre les genres exige une approche impliquant l’ensemble des pouvoirs publics et de la société, en tenant compte des liens établis entre le bien-être social des femmes et les opportunités économiques qui s’offrent à elles pour mener une vie plus productive.
Le rapport propose quatre axes stratégiques pour renforcer l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes : l’adoption de réformes juridiques ; le renforcement des capacités nationales en vue d’accélérer l’implication des femmes dans la prise de décisions ; l’adoption d’approches multisectorielles destinées à promouvoir l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes ; et l’accélération de l’accès des femmes aux droits de propriété et de gestion des ressources.

La réalisation de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femmes  au Congo et en Afrique est impossible sans alliances entre les acteurs du développement : pouvoirs publics, société civile, secteur privé et autres partenaires de développement.

Contact information

Click / tap here to add contact info

Madame la Ministre de la Promotion de la Femme et de l’Intégration de la Femme au Développement
Le corps diplomatique salue le nouveau rapport du PNUD

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Congo (République du) 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe