Faire du Fonds Vert Climat une opportunité pour le développement durable au Congo

3 août 2017

Déforestation et vente de charbon dans le Kouilou

Le Ministère de l’Economie Forestière, du Développement Durable et de l’Environnement, en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le Développement, a organisé le 1er août 2017, à Brazzaville, un atelier de coordination des bailleurs et partenaires techniques et financiers du Congo.

Engagée dans la lutte contre les changements climatique, la République du Congo a ratifié, en 2015, l’Accord de Paris sur le changement climatique, issu de la 21ème Conférence de Paris. Le Fonds Vert pour le Climat (FVC) est un mécanisme de financement international qui soutient la promotion d’un réel changement vers un développement à faibles émissions de gaz à effet de serre (GES) et résilient au climat. Il s’ajoute à d’autres modes de financement déjà existants afin de renforcer de façon significative la lutte contre le changement climatique par la réduction des gaz à effet de serre et en favorisant l’adaptation. Ce processus est capital, notamment pour aider les communautés vulnérables à s’adapter aux impacts des changements climatiques qu’elles subissent déjà.

Le PNUD accompagne le Congo dans l’identification et la formulation des projets à soumettre au Fonds Vert. Le Congo a déjà réalisé des avancés importantes dans le processus de préparation pour l’accès du Congo à la finance climatique du Fonds Vert pour le Climat, notamment par le biais de la mise en place d’un point focal, via la création d’un cadre stratégique pour l’interaction avec le Fonds et la sélection des entités d’exécution et via le développement d’un solide portefeuille initial de projets et programmes. Au cours de ces derniers mois, une Cellule nationale du Fonds Vert pour le Climat a été mise en place, une feuille de route a été élaborée et une requête concernant la phase préparatoire a été soumise au secrétariat du Fonds Vert pour le Climat.

Pour maximiser l’impact de leurs interventions, les bailleurs de fonds et les partenaires techniques et financiers agissant au Congo doivent coordonner efficacement leurs actions. Le gouvernement de la République a donc fait preuve de leadership pour coordonner leurs efforts. Cet atelier sert à améliorer la communication entre le Gouvernement, les bailleurs et les partenaires techniques et financiers sur les projets en cours et planifiés à soumettre au Fonds Vert pour le Climat.


UNDP-CG-Présidium-FondsVert-2017Madame Rosalie MATONDO, Ministre de l’Economie Forestière

Madame Rosalie MATONDO, Ministre de l’Economie Forestière, du Développement Durable et de l’Environnement a affirmé «  Le présent atelier vise l’établissement d’un cadre de concertation entre les différents bailleurs de fonds et les partenaires techniques et financiers pour un meilleur partage d’informations et une bonne synergie dans l’élaboration et la mise en œuvre des projets et programmes. C’est aussi une occasion de lancer un appel à projets dans le domaine de l’atténuation et de l’adaptation aux changements climatiques, à soumettre au Fonds Vert pour le Climat ».

UNDP-CG-Assemblée-Fonds-Vert-2017Participants de l'atelier de coordination des bailleurs et partenaires techniques et financiers

L’atelier a réuni autour d’une même table les acteurs du Congo : quatre-vingt participants issus des administrations publiques, des bailleurs, des partenaires techniques et financiers, du secteur privé et des organisations de la société civile. La rencontre a permis de partager les informations sur les interventions des différents acteurs, de définir les besoins, d’établir des synergies de collaboration et d’éviter les duplications. Le canevas pour la préparation d’un projet à soumettre au Fonds Vert pour le Climat a été présenté aux participants. Certains projets ont fait l’objet d’une présentation: le projet de promotion des énergies renouvelables en République du Congo pour la fourniture de l’électricité en milieu rural à base de la micro-hydroélectricité et le solaire, le projet de modernisation de la Direction de la Météorologie et le projet de mise en place de l’agroforesterie communautaire pour réduire la pression sur les ressources naturelles. Le portefeuille d’idées de projets déjà existant a ainsi été consolidé. Les points d’ancrage des différentes initiatives ont été identifié afin d’établir des synergies et de choisir la stratégie à adopter pour le développement des premiers projets à soumettre au financement du Fonds vert pour le Climat.

Monsieur Anthony OHEMENG-BOAMAH, Représentant Résident du PNUD a souligné : « Nous avançons progressivement vers une étape décisive où nous avons la possibilité d’inverser les tendances et faire de la question des changements climatiques, une opportunité de développement durable pour le bien-être de nos populations et des générations futures. A la République du Congo de montrer que cette transition vers une économie à moindre carbone ne se fera sans elle. »

UNDP-CG-participants-FondsVert-2017Photo de famille avec les participants