Le Plan d’action du programme de pays 2014-2018 : dernière revue du draft par l’équipe de rédaction

26 févr. 2014

imageVue des participants à la dernière revue du draft du CPAP. Photo. Sylver Ikama

Le Plan d’action du programme de pays  (CPAP) 2014-2018 entrera sous peu dans sa phase de mise en œuvre. Les experts du PNUD et du Gouvernement, quelques représentants de la société civile et des institutions républicaines, réunis le vendredi 21 février dernier à Brazzaville, ont procédé à la dernière revue du draft du document.

Le CPAP 2014-2018, élaboré de façon participative, est aligné sur trois des cinq priorités nationales retenues dans le livre 1 du Plan National de Développement (PND) 2012-2016, intitulé Document Stratégique pour la Croissance, l’Emploi et la Réduction de la Pauvreté (DSCERP). Il s’agit de : « Renforcement de la gouvernance » (pilier 1) ; « Développement social et inclusion » (pilier 4) ; « Promotion d’un développement équilibré et durable » (pilier 5).

« La phase consacrée à son élaboration touche bientôt à sa fin. Et nous sommes plus qu’heureuse d’avoir  mené à bien cet exercice», a indiqué Emelyne Bahanda, Conseillère au Programme, en charge de la Gouvernance au bureau du PNUD, qui a conduit l'exercice relatif à l’élaboration du CPAP 2014-2018. Elle a remercié l’ensemble des participants pour leur assiduité et leur engagement « à donner au Gouvernement et au PNUD un document irréprochable tant dans sa forme que dans son fond».  

En vue d’assurer le pilotage du CPAP, le Gouvernement s’est engagé entre autres à : coordonner le processus de planification annuelle des activités ; soutenir le processus d’évaluation des capacités, d’élaboration et de mise en œuvre du programme de développement des capacités ; instaurer des mécanismes qui garantissent la mise en œuvre continue des activités du CPAP/PTA, en cas de mobilité du personnel.

La mise en œuvre du CPAP sera lancée à travers la signature des PTA. Et, pour Eloi Kouadio IV, Représentant Résident par Intérim du PNUD « après la signature du CPAP,  il restera un challenge à ne pas négliger : sa mise en œuvre qui dépend énormément de la mobilisation des ressources ».

Rappelons que le CPAP 2009- 2013, était articulé autour de trois axes : i) l’appui à la gouvernance démocratique et la consolidation de la paix ; ii) la réduction de la pauvreté et la réalisation des OMD ; iii) la prévention des crises, le soutien au relèvement, la promotion de l’énergie et de l’environnement.

Par ailleurs, la promotion de la gestion axée sur les résultats (GAR) et du genre, la lutte contre le VIH/SIDA, et le renforcement des capacités des institutions ont constitué les domaines transversaux de ce cycle.