Législatives 2012 : la société civile congolaise formée pour un scrutin réussi

29 oct. 2013

imageUne électrice devant l'urne accomplissant son devoir civique. Photo. UNDP Congo

Dans le but d’assurer un scrutin libre et transparent, le Gouvernement et ses partenaires au développement ont convenu de renforcer la participation de la Société civile dans l’organisation des législatives de 2012 . C’est dans cette optique que deux ateliers de formation ont été organisés du 14 au 18 novembre 2011 et du 12 au 15 décembre 2011 à l’attention des représentants de la Société civile congolaise.

Ces ateliers qui s’inscrivent dans le cadre de la mise en oeuvre par le PNUD, du projet « Renforcement de la participation de la société civile au processus électoral », ont porté respectivement sur la participation des couches défavorisées au processus électoral et l’observation électorale.

Le but visé à travers ces sessions de formation est de: (i) favoriser une grande participation des populations congolaises, notamment des femmes, des populations autochtones, des handicapés et des jeunes au processus électoral 2012 ; (ii) renforcer les capacités organisationnelles, logistiques et matérielles des organisations de la Société civile dans l’observation des opérations électorales.

« Nous savons où un scrutin teinté d’irrégularités peut conduire un pays. Une Société civile bien formée sur ces questions peut en effet, assurer un scrutin susceptible de rencontrer l’approbation de toutes les parties », a fait savoir Mlle Novelie Kouama, membre de l’association Coordination d’Appui au Processus Electoral.

Pour le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies et Représentant Résident du PNUD au Congo, Lamin Manneh, « l’organisation des élections est un défi permanent, surtout en Afrique. Nous pensons que l’implication participative de la société civile dans ce processus renforce sa crédibilité et honore le Gouvernement congolais».

En effet, le vote est un moment crucial pour un pays et le PNUD considère les élections comme la pierre angulaire de la démocratie. C’est conscient de ces enjeux qu’il a, au cours des précédentes élections, apporté un appui au Gouvernement à travers une assistance technique et logistique à la Direction Générale des Affaires Electorales et à la Commission Nationale des Elections à travers la formation des femmes.