Faire participer la majorité de la population congolaise aux élections législatives de 2012

28 oct. 2013

imageM. Lamin Manneh, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies, à l'issue de l’audience que lui a accordée le Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation. Photo. UNDP Congo

Contribuer au bon déroulement du processus électoral et accroître la participation de la population congolaise aux élections législatives de 2012, tel est le but visé par le PNUD à travers l’appui qu’il s’est engagé à apporter au Gouvernement dans le cadre de la mise en œuvre du processus électoral.

Cette annonce a été faite par M. Lamin Manneh, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies et Représentant Résident du PNUD au Congo, au cours de l’audience que lui a accordée M. Raymond Zéphirin Mboulou, Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, ce 25 octobre 2012 à son cabinet.

Félicitant son interlocuteur pour le leadership dont il fait preuve dans la conduite des processus électoraux dans le pays, M. Manneh a indiqué que « c’est le respect par le Gouvernement du cycle électoral voté en 2002, qui a encouragé le PNUD à apporter une fois de plus, son appui au processus électoral après l’échéance de 2009».

Notons que plus d’un million de dollars américains seront disponibles pour appuyer le processus électoral de 2012.

« Nous travaillons étroitement avec d’autres partenaires tels USAID, l’Union Européenne et la France qui ont confirmé leur participation financière et technique au processus électoral de 2012. Nous souhaitons vivement recevoir également la contribution du Gouvernement Congolais lui-même », a fait savoir M. Manneh. Une composante essentielle de cet appui est le renforcement des capacités institutionnelles de la Direction Générale des Affaires Electorales et de la CONEL dans la droite ligne de l’appui apporté en 2009.

Etant donné le rôle crucial que les médias jouent dans tout processus électoral, le PNUD entend également renforcer les capacités professionnelles des journalistes, à travers des sessions de formation, afin d’assurer une couverture médiatique indépendante et de qualité.

A travers des campagnes de sensibilisation, le PNUD entend aussi favoriser une grande participation des populations congolaises, notamment des femmes, des populations autochtones, des handicapés et des jeunes, au processus électoral.

Pour ce faire, un accent particulier sera mis sur le renforcement des capacités de la société civile afin d’assurer une plus grande participation de la population.

Enfin, un volet non moins négligeable de l’appui du PNUD sera le renforcement des capacités organisationnelles, logistiques et matérielles liées à l’observation nationale des élections. Actuellement, deux missions initiées par le PNUD sont en cours : (i) la réalisation d’une enquête de perception par la population des élections législatives et locales à venir.

Cette mission dure 45 jours et couvre l’ensemble du territoire et (ii) une mission de renforcement des capacités des organisations de la société civile.

Remerciant le Coordonnateur Résident pour son appui constant aux efforts du Gouvernement et heureux de toutes ces initiatives du PNUD, le Ministre Raymond Mboulou a promis de désigner prochainement un point focal qui suivra pour le compte du Ministère, la mise en œuvre de tous ces chantiers. Il a indiqué à son interlocuteur que la révision des listes électorales interviendront au plus tard le 1er décembre 2011, et ce, pour une durée de deux mois.

«Le Gouvernement espère ainsi commencer la distribution des cartes électorales en mars, voire avril 2012», a--t-il indiqué avant d'ajouter que  "Notre volonté a toujours été une organisation transparente des élections".

C’est ainsi que cette année nous appliquerons la loi sur les partis politiques. Cette loi nous permettra d’aligner  ceux des partis qui répondront aux normes admises par l’Etat. La loi stipule par exemple que les partis politiques ne doivent pas s’identifier à une religion et ne doivent pas être fondés sur des bases tribales. Nous organiserons dans les prochains mois une concertation des partis politiques pour clarifier tous les points. Pour le reste, c’est aux hommes politiques de faire le travail de mobilisation de leurs militants», a déclaré M. Mboulou.

Il convient de noter que le recensement administratif qui est en cours et les opérations de révision de listes électorales qui vont commencer début décembre, témoignent de la volonté du Gouvernement d’organiser de manière transparente et efficiente les élections législatives de 2012.