Les plateformes multifonctionnelles réduisent le temps de travail des femmes

Des jeunes membres du CGDC d’Etoro en pleine activité sur la plateforme multifonctionnelle
Des femmes membres du CGDC d’Etoro écrasant la farine du manioc. Photo UNDP Congo

Le Comité de Gestion de Déve­loppement Communautaire (CGDC), dirigé par M. Jonas Mongo, dans le village d’Etoro, a reçu une plateforme multi­fonctionnelle dans le cadre de la stratégie de réduction de la pauvreté du PNUD. Les six jeunes du CGDC de cette localité se sont donc mis au travail. Ils ont cultivé dix hectares de maïs et de soja et améliorent la pro­duction agricole du village.

« On avait des difficultés pour aller à Gamboma écraser le foufou et le maïs. Vraiment, les femmes ont souf­fert pour pétrir le manioc et leur jour­née de travail pouvait durer 14 à 16 heures. Elles avaient besoin de l’assis­tance de leurs filles qui malheureu­sement abandonnaient l’école pour les aider», se souvient M. Daniel Nguié Ngamporo, président du Village Etoro.

Pour améliorer la production agricole et alléger les travaux de post-récolte généralement dévolus aux femmes à Etoro, le PNUD a équipé le village d'une plate­forme multifonctionnelle. L’Objectif étant d’alléger la charge de travail et d'optimiser la pro­duction.

A retenir

  • Les femmes ont souf­fert pour pétrir le manioc et leur jour­née de travail pouvait durer 14 à 16 heures;
  • Deux villages ont été doté d'une plateforme multifonctionnelle;
  • Les femmes ont pra­tiquement gagné près de 7 heures de temps et elles peuvent utiliser le gain de temps à l’alpha­bétisation des filles.

«Pour l’utilisation de cette machinerie, le PNUD a choisi après un test, six jeunes dont 4 hommes et 2 femmes qui ont bénéficié d’une formation appro­priée à Brazzaville. Durant les 7 jours de formation nous avons appris à monter, démonter et dépanner notre plate­forme en cas de petits soucis. Et c’est dans le cadre d’un CGDC que nous gérons cette plateforme», explique M. Pascal Onkounkou, Secrétaire Général du CGDC d’Etoro.

Les femmes peuvent désormais se dé­charger sur ces ma­chines pour le pé­trissage du manioc ou la mouture du maïs. « Grâce à cette plate­forme multifonction­nelle, je crois que les femmes ont pra­tiquement gagné près de 7 heures de temps et donc à ce moment-là elles peuvent utiliser le gain de temps à d’autres choses, no­tamment à l’alpha­bétisation puisqu’il y a de grand pro­blème d’alphabé­tisation des filles dans ce village », indique M. Jonas Mon­go, président du CGDC d’Etoro. En matière agricole, ces jeunes ont béné­ficié de la formation de l’Agri-Congo.

Cet appui a permis de diversifier et d’augmenter la production agricole des ruraux et de saisir des oppor­tunités offertes par la production du maïs et du soja pour accroître leurs revenus.

Grâce à ces pla­teformes et pour la première fois, pour la première fois, les communautés de ces deux villages envisagent de fabriquer l’aliment de bé­tail, sur place, pour promou­voir l’élevage.

 

Notre publication
Etude sur la vulnérabilité de l’économie congolaise et ses perspectives de diversification

est un travail de réflexions communes avec les autorités congolaises et les autres parties prenantes. Cette étude aide à apporter la réponse à la question où se trouve l’économie de la République du Congo? Sur cette base, le Congo est appelé à articuler une vision de la situation idéale à atteindre pour son émergence à l'horizon 2025.

Lire la suite