A Kinkala : 55 femmes améliorent leurs revenus grâce aux activités intégrées

Photo
Le visage jovial, devant le poulailler sur pilotis, palette d’œufs en main, Jacqueline vient de recueillir les fruits de la ponte. Photo UNDP Congo

Dans le cadre de son accompagnement des programmes de l’État congolais, l’initiative d’autopromotion des couches vulnérables engagée conjointement avec quatre autres agences des Nations Unies (FAO, UNICEF, OMS, UNFPA) depuis 2012, le PNUD a favorisé l’amélioration des revenus d’une cinquantaine de femmes de Bondo.

Installées à la station agro piscicole de Bondo à Kinkala, à quelques kilomètres  de Brazzaville,  cinquante-cinq (55) femmes  tirent  désormais, les bénéfices de l’expérience liée à l’aviculture sur pilotis associée à la pisciculture et améliorent ainsi leurs  moyens de subsistance.  

Le visage jovial, devant le poulailler sur pilotis, palette d’œufs en main, Joséphine vient de recueillir les fruits de la ponte. « Nous avons déjà collecté 194 460 œufs,  gagné près de 10 millions de francs CFA. Cette somme est dans notre compte et chacune de nous a bénéficié d’une somme de 40. 000 Francs CFA au terme d’une campagne de pêche », témoignage cette femme membre du groupement.

Elle résume, ainsi, les retombées d’activités économiques intégrées qui s’exécutent à la station domaniale de Bondo par leurs soins, sur sept (7) hectares constitués de 10 étangs disposant chacun d’un poulailler de pondeuses sur pilotis. Ces étangs sont approvisionnés à partir de la rivière Ngabampakasa à travers un canal de 526 mètres de long, lequel sert, aussi à l’irrigation des sillons du petit site maraîcher.

«Notre première activité consistait à faire de la pisciculture. Nous avions l'habitude de faire venir l’aliment de poisson de Brazzaville, et comme vous le savez, dans ce secteur, on ne compte que deux campagnes dans l’année. Nous ne pouvions pas dans ces conditions subvenir à nos besoins », se souvient Jacqueline, présidente de la coopérative agro piscicole de Bondo. 

« Et six mois après, quand nous avons fait la pêche, nous avons constaté que les poissons ne pesaient que 200g, moins de 1kg, comparés à ceux vendus sur le marché de Kinkala. Nous étions désespérées et contraintes de chercher des solutions alternatives afin d’améliorer le poids des poissons à la pêche », se souvient encore Jacqueline.

Les femmes de cette coopérative pra­tiquent leur activité maraîchère sur une étendue de 2 hectares de superficie qui est divisée en  300 planches. Une diversité de légumes  y est produite, notamment: carotte, choux, tomate, ciboule, poivron, haricot vert et des aubergines violettes. Tous les produits de cette activité économique sont certes vendus à Kinkala mais plus de 60% sont acheminées vers Brazza­ville.

«La vente de nos produits, nous aide à faire face aux besoins de nos ménages respectifs. Aujourd’hui, nous les femmes, mariées ou célibataires, sommes capables de supporter les frais scolaires de nos enfants», se réjouit Joséphine.

Avec l’approche intégrée de l’élevage des pondeuses, la pisciculture et le maraichage, Bondo devient une station pilote qui produit des poissons marchands et des alevins pouvant servir à d’autres pisciculteurs des autres localités du département du Pool où le programme met en œuvre des activités similaires: Louingui, Mayama, Kindamba et Mindouli.