6 Améliorer la santé maternelle

Où en sommes-nous ?


La santé maternelle s'améliore grâce à des hôpitaux mieux équipés. Photo: PNUD

L’OMD 5 relatif à l’amélioration de la santé maternelle est  en bonne voie. La mortalité maternelle a été réduite entre 2005 et 2011 (de 781 décès pour 100 000 naissances vivantes en 2005 à 426 en 2011, contre 890 décès pour 100 000 en 1990). La cible de 222 décès pour 100 000 naissances vivantes à l’horizon 2015 sera difficile à réaliser mais pourrait être approchée si les efforts actuels sont maintenus. Les campagnes de sensibilisation sur l’importance des visites prénatales et la qualité des prises en charge lors des accouchements sont également à intensifier. Le pays doit redoubler d’efforts pour opérationnaliser la sensibilisation des communautés, notamment des adolescentes quant à la planification familiale

Situation

La  République du Congo,  comme la plupart des pays d’Afrique sub-saharienne,  connaît un niveau élevé de mortalité maternelle et une  prévalence contraceptive encore faible.  La morbidité est essentiellement attribuée: i) au paludisme ; ii)  au VIH/Sida ; iii)  aux anémies ; iv) aux fistules obstétricales ; v) l’HTA/éclampsie ; vi)  aux hémorragies vii) aux infections du post-abortum ; viii) et  aux infections du post-partum.

La mortalité dont le taux se situait parmi les plus élevés d’Afrique subsaharienne est principalement due:

  • aux causes obstétricales directes que sont : i) les hémorragies (40%) ; ii) les infections du post-abortum (18,8%) ; iii) les infections du post-partum  (12,7%), iv) l’HTA/éclampsies (11%) ; v)   et les dystocies (17,5%) (Source hospitalière);
  • aux causes indirectes : i) le paludisme ;  ii)  le VIH/sida ; iii) la tuberculose  iv) et l’anémie

Nos histoires

1.27 années
d'ici
à 2015

1990 2015
Cibles
  1. Réduire de trois quarts, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité maternelle
    • Taux de mortalité maternelle : 560 pour 100 000
    • Proportion d'accouchements assistés par du personnel de santé de quallifié : 83%
    • L’écart urbain-rural s’est rétréci, en ce qui concerne la présence de personnel qualifié pendant l’accouchement.
    • Taux de couverture contraceptive : 3%
  2. Rendre l’accès à la médecine procréative universel d’ici à 2015
    • Un nombre plus grand de femmes bénéficient de soins prénatals.
    • Il y a des inégalités flagrantes en ce qui concerne les soins pendant la grossesse.
    • La réduction du nombre de grossesses chez les adolescentes est au point mort, ce qui met plus de jeunes mères en danger.
    • La pauvreté et le manque d’éducation perpétuent les taux élevés de naissances chez les adolescentes.
    • Le progrès dans le recours à la contraception chez les femmes ont ralenti.